C’était l’année où la sonde Voyager 2 a survolé Neptune, l’année où Jean-Pascal Delamuraz était président de la Confédération et où Elisabeth Kopp a démissionné du Conseil fédéral ; l’année où on a vu le couple Ceaușescu mort à la télévision, l’année où un homme a abattu 14 femmes dans une tuerie antiféministe à l’École polytechnique de Montréal.

C’était l’année où est paru en français Femmes, culture et politique d’Angela Davis, l’année où Claude Simon a publié L’Acacia, un des romans les plus importants pour moi ; c’était une année avant que ne paraisse Je suis né de Georges Perec ; c’était l’année de la sortie en salles de Retour vers le Futur 2, de L’ Arme fatale 2, du Cercle des poètes disparus, de Crimes et délits de Woody Allen, d’Outrages de Brian de Palma.

C’était l’année où, alors qu’il restait 3 secondes à jouer et que les Bulls étaient menés 100 à 99 par les Cleveland Cavaliers, Michael Jordan reçoit la balle, dribble deux fois, et shoote depuis la ligne des lancers francs ; la salle retient sa respiration, le temps s’est suspendu et Jordan semble lui-même suspendu dans les airs ; on sait qu’il va marquer, c’est certain qu’il va marquer, et bien sûr il marque et il le sait mieux que personne, il fête déjà la qualification des Bulls pour les demi-finales de la Conférence Est, tandis que la salle de Cleveland commence tout juste à comprendre ce qui vient de se passer : Jordan a réussi «The shot ».

C’était l’année où Michael Chang, 17 ans, en 8es de finale de Roland-Garros, a servi à la cuillère contre le numéro 1 mondial Ivan Lendl – je m’en souviens (ou alors j’ai revu les images bien plus tard, persuadé qu’il s’agissait de mon premier souvenir d’enfance), j’avais 3 mois et ma mère qui regardait le match me servait elle aussi une cuillère (purée de légumes).

C’était l’année de la chute du mur. C’était l’année où on organisait la Coupe de Suisse de skateboard à la rue de l’Industrie, à Sainte-Croix, devant les anciennes usines de HPI. C’était l’année où le Conseil communal d’Yverdon est repassé à gauche pour un siège.

C’était une année où les naissances étaient encore annoncées dans les journaux : l’édition du 31 octobre 1989 du Journal du Nord vaudois mentionne la mienne (le 1er mars) ainsi que, en première page, la « négociation d’un plan social chez HPI ».

C’était l’année où Hermes Precisa International a abandonné sa production.
 

Ce texte de Romain Buffat a été publié le 20 janvier 2021 dans la Région.

NOUS SUIVRE
HORAIRES
Lundi : fermé
Mardi : 15h00 - 18h00
Mercredi :14h00 - 18h00
Jeudi : 15h00 - 19h00
Vendredi : 15h00 - 18h00
Samedi : 10h00 - 17h00

Les salles d'étude du 2ème étage

sont fermées jusqu'à nouvel avis.

Des places de travail sont disponibles

au 1er étage en salle de travail

et sur la galerie entre le rez-de-chaussée

et le 1er étage.

Lundi : fermé
Mardi : 15h00 - 18h00
Mercredi :14h00 - 18h00
Jeudi : 15h00 - 19h00
Vendredi : 15h00 - 18h00
Samedi : 10h00 - 17h00
Lundi : fermé
Mardi : 10h00 - 20h00
Mercredi :14h00 - 20h00
Jeudi : 14h00 - 20h00
Vendredi : 14h00 - 20h00
Samedi : 10h00 - 17h00

Prêt :

Lundi : fermé
Mardi : 10h00 - 18h00
Mercredi :14h00 - 18h00
Jeudi : 14h00 - 19h00
Vendredi : 14h00 - 18h00
Samedi : 10h00 - 17h00

Café – PC et photocopieuse – Places de travail – Mini-cinéma :

Lundi : fermé
Mardi : 10h00 - 20h00
Mercredi : 14h00 - 20h00
Jeudi : 14h00 - 20h00
Vendredi : 14h00 - 20h00
Samedi : 10h00 - 17h00

Les ordinateurs et l'imprimante-photocopieuse sont éteints 10 minutes avant la fermeture.

NOUS CONTACTER